Dans un rapport publié par l’Assemblée nationale, le directeur général de la Gendarmerie nationale a évoqué la possibilité d’un « brouillage des réseaux sociaux » et « d’intercepter les SMS » pour faire face aux manifestations improvisées et au phénomène des « ZAD ».

Lire La Suite Sur Hightech.Bfmtv.com