Le fait que la filiale de Bull Amesys soit menacée par une procédure judiciaire ouverte pour « complicité d’actes de torture », et qu’elle soit l’une des cinq entreprises désignées comme « ennemie d’internet » par Reporters Sans Frontières (RSF) ne dissuade pas la France de faire affaires avec elle. Selon les révélations du Monde, les douanes lui ont acheté au moins un dispositif IMSI-catcher destiné à capter des données de téléphones mobiles.

Lire Et Voir La Suite Sur Numerama